Chrétien et sacrificateur (prêtre)

Il y’a eu un jour dans notre vie où tout a basculé. Du passé que nous avions, des mauvaises actions que nous pratiquions, nous sommes devenus enfants de Dieu.
Dans la Bible, plusieurs attributs sont donnés aux chrétiens : enfants de Dieu, rois, citoyens des cieux, concitoyens des saints, gens de la maison de Dieu, sacrificateurs (ou prêtres) …
Nous nous centrerons sur l’identité de sacrificateur dans cet article : En quoi aujourd’hui le chrétien est-il réellement un sacrificateur étant donné que le temple de Jérusalem n’existe plus ? Où exerce-t-il la sacrificature (ou prêtrise) actuellement ?
Le mot sacrificature vient de l’hébreu « KAHAN » et signifie « service ». Son synonyme est prêtrise, avec la même racine hébraïque. Ces termes font allusion au culte, aux sacrifices et donc aux sacrificateurs/prêtres qui définissent des personnes bien précises ; elles étaient habilitées à exerçer la sacrificature, le sacerdoce ou encore la prêtrise dans le temple et pour le peuple entier.
Remontons au temps de Moise où cela a officiellement débuté, et voyons ce qu’il en ait depuis que Jésus a inauguré la nouvelle Alliance.

L’origine des prêtres sous la loi mosaïqueLévites prêtres

Israël était composé de douze tribus dont l’une d’entre elles était celle des Lévites. Cette tribu était un peuple à part sans héritage territorial dans le pays de Canaan que Dieu avait accordé aux Hébreux. Yahweh avait choisi cette tribu pour la consacrer à son service. Dans Nombres 18.2, Yahweh dit à Aaron : «Fais aussi approcher de toi tes frères, la tribu de Lévi, qui est la tribu de ton père, afin qu’ils te soient attachés et qu’ils te servent, mais toi et tes fils avec toi, vous servirez devant la tente d’assignation.» Tous les Lévites n’étaient pas prêtres, mais tous les prêtres étaient forcément Lévites, seuls les fils et les descendants d’Aaron pouvaient faire le service dans la tente d’assignation. «Mais toi et tes fils avec toi, vous observerez la fonction de votre prêtrise en tout ce qui concerne l’autel et ce qui est au dedans du voile, vous y ferez le service. J‘établis votre prêtrise en office de pur don ;….» Nombres 18.7.

De même, tous les hommes sont des créatures de Dieu, toutefois seuls ceux qui ont reçu l’Esprit de Christ sont consacrés à Dieu et appelés ses enfants : «Il nous a engendrés de sa propre volonté, par la parole de la vérité, afin que nous soyons comme les prémices de ses créatures» Jacques 1.18. Le mot prémices signifie: ceux qui sont supérieurs aux autres, dans une même population, ou encore, les premiers fruits de la terre consacrés pour être offerts à Dieu. C’est ainsi que l’Église de Christ vit dans ce monde, mais elle n’appartient pas au monde et n’adhère donc pas à sa pensée.

Les Lévites avaient des exigences qui leur étaient requises tels que la pratique des différents types de sacrifices d’animaux et d’offrandes, le procédé pour rentrer dans le tabernacle par exemple, ainsi que la tenue vestimentaire que nous aborderons ici notamment.

La tenue vestimentaire des prêtres

Lorsqu’Aaron et ses fils ont été consacrés pour le service, avant de revêtir leurs vêtements sacrés, ils ont tout d’abord été lavés avec de l’eau : «Et Moise fit approcher Aaron et ses fils, et les lava avec de l’eau» Lévitique 8.2.

Avant d’être consacré au service du Seigneur, il nous faut déjà naître d’en haut : «Jésus répondit, et lui dit: En vérité, en vérité, je te le dis : Si quelqu’un ne naît d’en haut, il ne peut voir le Royaume de Dieu. Nicodème lui dit : Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? Peut-il rentrer dans le sein de sa mère et naître une seconde fois ? Jésus répondit : En vérité, en vérité, je te le dis : Si quelqu’un ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le Royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’Esprit est esprit» Jean 3.3-6.
La naissance d’en haut n’est pas une amélioration de son caractère, mais un changement radical de celui-ci. Il s’opère par la conviction du péché et la transformation que la parole de Dieu a produite dans nos cœurs. Rappelons-nous de l’histoire de la femme Samaritaine dans Jean 4.4-42, le Seigneur Jésus s’est présenté à elle comme étant l’eau vive. Cette eau est la Parole, c’est elle qui nous sanctifie et nous purifie.
«Je vous donnerai un nouveau cœur, je mettrai au-dedans de vous un Esprit nouveau ; j’ôterai de votre chair le cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair. Je mettrai mon Esprit au dedans de vous, je ferai en sorte que vous suiviez mes ordonnances, et que vous observiez et pratiquiez mes lois» Ézéchiel 36.26-27.

À partir du moment où le Seigneur rentre dans notre vie, il nous donne l’armure du chrétien décrit dans Éphésiens 6.10-18, c’est pourquoi nous pouvons désormais dominer sur le péché.
Ainsi les vêtements que le grand prêtre portaient sous la loi sont quasi similaires aux vêtements que nous portons maintenant spirituellement sous la nouvelle Alliance. Détaillons quels étaient ces habits sacrés :

  • La tunique : la particularité de cette tunique était sa matière. «Tu feras aussi une tunique de fin lin qui s’appliquera sur le corps,…» Exode 28.39. Le lin ne nous rappelle-t-il pas quelque chose ? Dans Apocalypse 19.7-8, il est écrit: «Réjouissons-nous et tressaillons de joie, et donnons-lui gloire, car les noces de l’Agneau sont venues, et son épouse s’est préparée. Et il lui a été donné de se revêtir d’un fin lin pur et éclatant. Car le fin lin désigne la justice des saints» .
    La justice de ce monde est opposée à celle de Dieu, elle est comparable à un vêtement souillé (Esaïe 64.6). C’esAaron et filst pour cela qu’aucun homme aussi bon qu’il puisse prétendre être ne pourra jamais satisfaire les exigences de la justice divine. «Puis Yahweh me fit voir Josué, le grand-prêtre, se tenant debout devant l’Ange de Yahweh, et Satan qui se tenait debout à sa droite, pour l’accuser. Et Yahweh dit à Satan : Que Yahweh te réprime, ô Satan ! Que Yahweh, dis-je, qui a choisi Jérusalem, te réprime ! N’est-ce pas là un tison qui a été retiré du feu ? Or Josué était vêtu de vêtements sales, et il se tenait debout devant l’Ange. L’Ange prit la parole et dit à ceux qui étaient debout devant lui : Ôtez-lui ces vêtements sales ! Et il dit à Josué : Regarde, je t’enlève ton iniquité, et je te revêts d’habits de fête. Et je dis : Qu’on mette sur sa tête un turban pur ! Et ils mirent un turban pur sur sa tête, puis ils lui mirent des vêtements» Zacharie 3.2-5.
    Depuis l’œuvre de la croix, l’Église que nous sommes est revêtue de fin lin, car Jésus a ôté nos vêtements sales c’est-à-dire nos péchés. C’est pour cela que Satan ne peut plus nous condamner à rester esclaves du péché. Nous vivons la justice de Dieu en demeurant obéissants chaque jour à sa Parole (Romains 6.16).
  • La ceinture : celle du chrétien représente la vérité, or notre maître Jésus-Christ dit de lui-même qu’il est le chemin, la vérité et la vie. Nous portons donc toujours Christ en nous où que nous soyons. David qui était prophète et roi disait qu’il serrait la Parole de Yahweh dans son cœur afin de ne pas pécher contre lui (Psaumes 119.11). Cela signifie que si la Parole de Dieu, autrement dit Jésus, n’est pas au centre dans nos cœurs, nous ne pourrons pas dominer sur le péché et réjouir le cœur du Père. Dieu veut que la vérité soit ancrée en nous afin que nos actes puissent l’honorer (Matthieu 7.22 ). D’autant plus que c’est ce qui sort du cœur de l’homme qui le souille et non pas ce qui y entre. Chaque acte que nous posons, bon ou mauvais, provient avant tout de ce que l’on a dans le cœur. Par exemple, avant qu’un cambrioleur passe à l’acte, il a d’abord eu cette pensée dans son cœur et a ensuite agi avec ses mains.
  • La tiare : elle était également de fin lin, elle était portée sur la tête, elle représente actuellement le casque du salut. La conscience du chrétien est désormais impactée par la justice de Dieu et non plus par sa propre justice.
    En plus de la tiare, le grand prêtre (souverain sacrificateur) portait ce que l’on appelle la lame d’or. Celle-ci était posée sur le front d’Aaron et dessus était gravée : « La sainteté à Yahweh ».
    Un chrétien peut naturellement se sanctifier, car ses pensées sont complètement imprégnées de la nature et du caractère de Christ (Philippiens 4.8). De plus, ses actions deviennent agréables à Dieu, car sa manière de penser est totalement transformée par la Parole de vie.
  • L’éphod et la robe de l’éphod étaient portés par le grand prêtre. Mis à part l’or, l’écarlate et le cramoisi, nous y retrouvons de nouveau le fin lin. La robe de l’éphod était faite d’une unique couleur, le pourpre. Le pourpre se rapporte à ceux qui sont dans la royauté. Le grand prêtre humain faisait référence à notre grand prêtre Jésus-Christ qui est le Roi des Rois et qui a aussi fait de ses enfants des rois. «À lui, dis-je, qui nous a aimés, et qui nous a lavés de nos pêchés dans son sang, et qui fait de nous des rois et des prêtres pour Dieu, son Père, à lui soient la gloire et la force aux siècles des siècles. Amen !» Apocalypse 1.6
    Aujourd’hui, les chrétiens sont aussi des prêtres donc et des rois, nous sommes spirituellement assis dans les lieux célestes (Éphésiens 2.6).
  • Le pectoral : «Ainsi, Aaron portera sur son cœur les noms des enfants d’Israël gravés sur le pectoral du jugement, quand il entrera dans le lieu saint, pour le souvenir devant Yahweh, continuellement» Exode 28.29. Le pectoral renvoie à la cuirasse de la justice et au bouclier de la foi qui protège la poitrine du chrétien vis-à-vis des dards de l’ennemi. Dieu veut que nous veillions sur nos cœurs et cela grâce à l’armure qu’il nous a accordée.
    Pour détruire un chrétien, l’ennemi commence par atteindre son cœur et ses pensées. Si l’on ne veille pas, les dards de Satan auront malheureusement des effets dans notre vie. D’où la nécessité de garder la Parole de Dieu dans son cœur continuellement comme un bouclier pour ne pas tomber dans la tentation.

Les prêtres eux se distinguaient par des tuniques blanches, ils étaient ceints de ceintures et portaient un turban sur leur tête, pour une description précise de leur tenue lire Exode 28.39-43.

Le service de la prêtrise

Les prêtres étaient continuellement dans le tabernacle et son enceinte pour exercer leur service. Au travers d’eux, les juifs pouvaient connaître la Torah et être représentés devant Dieu. Leurs fonctions n’étaient pas minimes, puisqu’ils offraient également les sacrifices et les diverses offrandes (représentant la repentance, l’adoration, le remerciement etc) en faisant le lien avec Yahweh pour la nation. Ainsi une fois par an, le grand prêtre lors de la fête de Yom Kippour (jour du grand pardon), le 10 du 7e mois, procédait au sacrifice d’expiation pour tout Israël !Service des prêtres
Actuellement, tout disciple du Seigneur joue ce rôle d’ambassadeur (2 Corinthiens 5.20) et d’intercesseur pour sa famille, ses proches, sa ville, sa nation devant Dieu. En tant qu’Église nous sommes aussi devenus le tabernacle de Dieu, car le Seigneur vit en nous. L’auteur de la lettre aux Hébreux dit dans le 3e verset du chapitre 8 que «nous sommes sa maison». Fréquenter une assemblée de croyants ne fait pas de nous des disciples de Christ, nous le sommes parce que Dieu vit en nous depuis notre conversion. Dieu n’a jamais habité dans des temples physiques selon Actes 17.24. Aujourd’hui, le Seigneur nous demande de nous offrir nous même comme un sacrifice vivant ; notre vie sanctifiée est le sacrifice qu’Il agrée (Romain 12.1). Nous sommes non seulement des sacrificateurs, mais aussi des sacrifiés pour Dieu.

Dans le tabernacle de Moise, dans le Lieu Saint, se trouvait une table où l’on y mettait les pains de propositions. Ces pains ne pouvaient pas être consommés dans le parvis ou par le peuple et encore moins par un étranger. Pour pouvoir le manger, deux conditions étaient obligatoires : être un prêtre établi et consommer ce pain dans le Lieu Saint. Les enfants de Dieu, sont un peuple élu selon 1 Pierre 2.9 : «Mais vous, vous êtes la race élue, vous êtes la prêtrise royale» donc chaque jour en méditant la Parole de Dieu nous consommons ce pain de vie dans le Lieu Saint car nous sommes le temple de Dieu. C’est pour cela que l’Évangile est une folie pour ceux qui périssent (1 Corinthiens 1.18), car ces derniers n’ont pas reçu le Saint-Esprit pour pouvoir comprendre cette Parole. Jésus disait aux juifs dans le livre de Jean 6 au verset 51 qu’Il est le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement ; et le pain [qu’Il] donnera, c’est [sa] chair [qu’Il] donnera pour la vie au monde.

Jésus est venu sauver les nations afin qu’elles le servent véritablement en ayant une relation intime de cœur à cœur avec le Père céleste Jésus. Malheureusement, la religion a mis en place des intermédiaires entre les hommes et Dieu, notamment avec les prêtres devant qui les hommes doivent confesser leurs péchés, ou encore les pasteurs qui portent tous les problèmes du peuple pour aller les déposer vers Dieu comme sous la loi de Moïse. Le service pastoral est biblique, mais ne doit en aucun cas prendre la place d’intermédiaire entre Dieu et les croyants. Dieu aimerait que chacun de ses enfants soit responsable et dépose ses inquiétudes, ses questionnements, et ses prières à ses pieds.
Jésus est notre Père et aucun père digne de ce nom n’apprécierait qu’un étranger tisse avec ses enfants une relation de confiance plus forte qu’avec lui-même.

Nous savons qu’aujourd’hui il ne reste plus rien du temple de Salomon, si ce n’est le mur de lamentation. Cependant, l’Église est là pour révéler Jésus-Christ aux hommes qui ne le connaissent pas encore, à travers nos vies et notre témoignage. La joie, la paix que nous avons même lorsqu’il y a des épreuves dans nos vies doivent susciter l’envie aux hommes de découvrir qui est réellement Jésus, l’auteur de toutes ces choses.

Voile déchiréLa loi était l’ombre des choses à venir et non l’image exacte. Quand Jésus est mort sur la croix et que le voile du temple a été déchiré (Matthieu 27.50-51), la loi mosaïque a pris fin, les enfants de Dieu né d’en haut sont des prêtres et sont introduit dans le Saint des Saints là où il y a la présence de notre Seigneur Jésus-Christ, l’accès y est libre afin d’adorer Dieu librement étant réconcilier avec lui selon Hébreux 10.19-22. Même si nous ne sommes pas des Lévites, nous pouvons exercer le sacerdoce et cela directement auprès du Père et non plus à Jérusalem ou dans une assemblée locale uniquement. Mais en priant d’un cœur sincère, en intercédant, en méditant la Parole de Dieu et en l’adorant quotidiennement !

Réalisons donc l’importance de l’identité que Dieu nous a léguée au travers de l’œuvre de la croix : «Et ils chantaient un cantique nouveau, en disant : Tu es digne de prendre le livre, et d’en ouvrir les sceaux ; car tu as été mis à mort, et tu nous as rachetés pour Dieu par ton sang, de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation ; et tu as fait de nous des rois et des prêtres pour notre Dieu ; et nous régnerons sur la terre» Apocalypse 5.9-10.


Nous vous conseillons également de suivre cet enseignement vidéo

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *