Le choix de Dieu

Les temps dans lesquels nous sommes sont très difficiles. Ils sont marqués par le trouble, l’angoisse et le doute qui envahissent même les pensées des véritables enfants de Dieu.

Cette exhortation a pour but d’encourager les frères et sœurs en Christ qui doutent de l’appel que Dieu a mis dans leur vie.

Chacun de nous avons une histoire avec le Seigneur et nous traversons différentes étapes avec lui. Tel un professeur, Jésus enseigne à ses élèves par de multiples épreuves. Nombreux sont les enfants de Dieu qui se posent la question de savoir : « Pourquoi je vis ce type d’épreuves ou de combats ? Pourquoi Dieu ne me répond-il pas ?  Dieu est-il toujours avec moi ? ».
A travers les difficultés par lesquelles nous passons, nous tirons toujours un enseignement. Bien que les étapes rencontrées soient plus ou moins difficiles, l’objectif du Seigneur n’est pas notre perte mais notre croissance spirituelle.
N’oublions jamais une chose, c’est que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu. (Romains 8.28)

Nous aborderons dans cet article l’histoire de deux sœurs aux destins bien différents : Rachel et Léa.
Nous verrons comment Dieu procède avec une personne qu’il a choisie depuis l’éternité passée. Nous observerons également le processus par lequel Dieu peut nous apprendre l’humilité tout comme il l’a fait avec notre sœur Léa. Le plan de Yahweh n’est jamais connu d’avance et Lui seul connaît les temps et les circonstances à venir.

« Léa avait les yeux délicats, mais Rachel était belle de taille et belle de figure. Jacob aimait Rachel, et il dit : Je te servirai sept ans pour Rachel, ta cadette. Et Laban répondit : Il vaut mieux que je te la donne que de la donner à un autre homme ; demeure avec moi. Ainsi, Jacob servit sept années pour Rachel ; et elles furent à ses yeux comme quelques jours, parce qu’il l’aimait. Et Jacob dit à Laban : Donne-moi ma femme, car mon temps est accompli, et j’irai vers elle. Laban réunit tous les gens du lieu et fit un festin. Mais quand le soir fut venu, il prit Léa, sa fille, et l’amena vers Jacob qui s’approcha d’elle. Et Laban donna Zilpa, sa servante, à Léa, sa fille, pour servante. Le lendemain matin, voilà que c’était Léa. Alors Jacob dit à Laban : Qu’est-ce que tu m’as fait ? N’ai-je pas servi chez toi pour Rachel ? Et pourquoi m’as-tu trompé ? Laban répondit : Cela ne se fait pas chez nous, de donner la plus jeune avant l’aînée. Achève la semaine avec celle-ci, et nous te donnerons aussi l’autre, pour le service que tu feras encore chez moi sept autres années. Jacob donc fit ainsi, et il acheva la semaine avec Léa ; et Laban lui donna aussi pour femme Rachel, sa fille. Et Laban donna Bilha, sa servante, à Rachel, sa fille, pour servante. Jacob alla aussi vers Rachel, et il aima Rachel plus que Léa ; et il servit encore chez Laban sept autres années. Yahweh vit que Léa était haïe, et il ouvrit sa matrice, tandis que Rachel était stérile. » Genèse 29.17-31.

doigt12

Ce passage nous parle de l’histoire de deux sœurs : Léa et Rachel. Les circonstances de la vie ont fait qu’elles ont épousé le même homme ; une situation très délicate. Jacob, était allé dans la patrie de sa mère Rebecca pour chercher une épouse, c’est ainsi qu’il rencontra Rachel, fille de Laban, dont il tomba amoureux. Cependant, bien que Laban lui eût accordé la main de sa cadette, c’est avec Léa, l’aînée que Jacob a fini par se marier. En effet, selon les coutumes de Laban, on ne mariait pas la cadette avant sa sœur aînée. Jacob se retrouva donc avec deux femmes. Mais Rachel était son choix de cœur, et la Bible nous précise même qu’il l’aimait plus que Léa.

Nous pouvons déjà imaginer les combats que va rencontrer notre sœur Léa. Mépris, jalousie, rivalité, solitude, moqueries, humiliation, pleurs… Elle qui n’avait rien demandé à personne, elle s’est retrouvée mariée à un homme inconnu, censé épouser sa sœur et qu’elle n’aimait sûrement pas ; toutefois la Bible ne nous le précise pas.
Mettons-nous à la place de Léa, celle-ci devait se sentir humiliée et trahie par les siens, car son père l’a poussé à épouser un homme qui n’avait pas de sentiments pour elle. De plus, la beauté de Rachel lui faisait nettement de l’ombre aux yeux de Jacob son mari.
Ainsi, afligée dans son cœur, Léa vivait tous les jours dans le rejet et le manque de considération. Ces types de situation sont les pires car nous ne les maîtrisons pas. Le Seigneur permet tous types de situations affligeantes qui atteignent directement notre cœur afin de nous émonder, (2 Théssaloniciens 5 :23) et sanctifier notre être entier.
Mais lorsque ce type de situation arrive quelle est notre attitude devant le Seigneur ? Sommes-nous dans les murmures ou bénissons-nous le Seigneur pour ce qu’Il fait ?
Toutes les adversités sont plus qu’indispensables afin que les scories soient extirpées et que nos fruits (Galates 5.20) soient travaillés et manifestes aux yeux de tous. Les épreuves, les combats, les afflictions nous permettent d’avoir une nouvelle révélation de la personne de Jésus-Christ.

Dans ce monde, il y a des spécialistes du corps humain, tels que les médecins généralistes, les cardiologues, les podologues, etc. Les psychologues, les psychanalystes ou encore d’autres spécialités de ce type prétendent agir dans l’esprit de l’homme. Par contre, aucun psychologue ne pourra intervenir dans le corps humain au même titre qu’un médecin, car chacun a sa spécialité. Dieu est le seul à intervenir à la fois dans l’âme, l’esprit et le corps, Il est spécialiste en tout, cela nous montre sa toute puissance.

Le Seigneur est celui qui voit et connait toutes choses, la parole nous dit que le Seigneur est juste dans ses jugements. (Psaumes 145.17). Dans sa Justice le Seigneur a rendu stérile Rachel au détriment de Léa. Le Seigneur connaît nos états d’âme (Genèse 29.31). Rappelez-vous que Dieu ne fait jamais rien au hasard.

Notre attitude dans les épreuves

Quelle est notre attitude face aux épreuves et à l’intensité des combats ? Le Seigneur a permis que Léa ait des enfants avant sa sœur. Elle en a d’abord eu quatre premiers qu’elle a nommés Ruben, Siméon, Levi et Juda. Par la suite, elle eut Issacar, Zabulon et Dina. Intéresserons-nous aux 4 premiers enfants qu’a eus Léa.

« Léa conçut et enfanta un fils à qui elle donna le nom de Ruben, car elle dit : C’est parce que Yahweh a vu mon affliction, et maintenant mon mari m’aimera. Elle conçut encore et enfanta un fils, et elle dit : Parce que Yahweh a entendu que j’étais haïe, il m’a aussi donné celui-ci. Et elle lui donna le nom de Siméon. Elle conçut encore et enfanta un fils, et elle dit : Maintenant mon mari s’attachera à moi, car je lui ai enfanté trois fils. C’est pourquoi on lui donna le nom de Lévi. » Genèse 29 : 32-34

La venue de Ruben a été pour Léa tel une justification par rapport à la situation qu’elle vivait vis-à-vis de sa sœur. Tout ce qui comptait pour elle à ce moment-là, c’était que son mari l’aime car elle était rejetée. Ce fils était comme un trophée, c’était sa récompense pour tous ses soucis et son humiliation. Cependant, elle n’a pas glorifié Dieu qui est celui qui justifie ses enfants. Malgré ce manque de reconnaissance envers Dieu qui l’avait bénie, le Seigneur lui a accordé encore deux enfants : Siméon et Lévi. Mais encore une fois, ces deux autres fils étaient pour elle une victoire face à Rachel qui elle était stérile.

Malheureusement, les trois enfants de Léa étaient un moyen d’attirer Jacob vers elle. Son désir le plus profond était que son mari la regarde enfin comme une femme, l’aime et la chérisse. Rien d’autre ne semblait lui importer, pas même la stérilité de sa sœur. D’ailleurs en lisant, il n’est fait mention nulle part que Léa avait eu de la compassion pour Rachel. On comprend alors que Léa était tellement focalisée sur son problème, qu’elle ne se rendait pas compte que sa sœur souffrait de ne pas pouvoir devenir mère. Non seulement elle n’a pas béni son Dieu pour ses enfants, mais elle a préféré les prendre comme une arme de vengeance. Voici le cœur de l’homme !

Souvent, le Seigneur nous met dans des situations difficiles pour nous façonner. Mais nous devons veiller à ne pas devenir idolâtres de nos épreuves, ni égoïstes en ne pensant qu’à nous-mêmes dans nos prières. Ce que Dieu veut, c’est que nous arrivions à décharger nos fardeaux sur Lui afin que nous ayons la force de prier pour les autres qui sont aussi soumis à des épreuves.

« Confessez donc vos fautes les uns les autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris.» Jacques 5.16

La complexité d’une épreuve peut nous amener à avoir de très mauvaises pensées devant le Seigneur. Cela nous pousse à nous confier dans la chair plutôt que dans l’Esprit de Dieu. Dans ces moments de troubles, le vieil homme refait souvent surface.

Reconnaissons-le, nous les chrétiens nous avons le même cœur que Léa. De même quand nous vivons des choses qui nous dépassent, nous adoptons un comportement charnel et nous ne nous appuyons pas sur l’Esprit de Dieu. Nous n’essayons pas de comprendre sa volonté pour nos vies, du moins ce n’est pas ce qui nous intéresse sur le moment.
L’époque où nous vivons ne nous facilite pas la vie. Aujourd’hui tout va vite, on peut rapidement avoir ce que l’on désire, de ce fait nous perdons vite patience, un fruit primordial pour marcher avec Dieu. Malheureusement, nous ne sommes pas assez sensibles à la voix de Dieu et nous perdons espoir, nous laissant séduire par la voix de l’ennemi qui nous pousse à abandonner.

Les fruits de nos combats

Levi signifie « attachement ». Il est le fondateur de la tribu de Lévi. Les Lévites ont reçu la charge de servir dans le tabernacle du Seigneur. C’était une tribu de prêtres consacrés et mis à part pour le service.

« Puis Yahweh dit à Aaron : Tu ne posséderas rien dans leur pays, et il n’y aura point de part pour toi au milieu d’eux ; c’est moi qui suis ta part et ta possession, au milieu des enfants d’Israël. Et je donne comme possession aux fils de Lévi, toutes les dîmes d’Israël, pour le service auquel ils sont employés, le service de la tente d’assignation. Et les enfants d’Israël n’approcheront plus de la tente d’assignation, afin qu’ils ne se chargent d’un péché et qu’ils ne meurent point. Mais les Lévites s’emploieront au service de la tente d’assignation, et ils resteront chargés de leurs iniquités. Cette loi sera perpétuelle parmi vos descendants, et ils ne posséderont point d’héritage parmi les enfants d’Israël. Car je donne comme possession aux Lévites les dîmes que les enfants d’Israël présenteront à Yahweh en offrande élevée; c’est pourquoi je dis d’eux qu’ils n’auront point d’héritage parmi les fils d’Israël. » Nombres 18.20-24

fruit12

Ce passage nous montre la grâce que Yahweh a accordée à la descendance de Léa. Ce n’est pas en vain que le Seigneur nous travaille. Toutes nos tribulations ont pour but de faire germer une semence dont le fruit sera visible aux yeux de tous, une bénédiction pour les hommes et un sujet de gloire pour Dieu. Lévi était la tribu que Dieu s’était choisie. Il a fallu le brisement de Léa pour qu’elle naisse. Nous aussi, nous devons passer par le feu afin que Jésus nous débarrasse des scories pour que nous portions de bons fruits tels que la sainteté, la patience, la douceur…

« Elle conçut encore et enfanta un fils, et elle dit : Cette fois je louerai Yahweh. C’est pourquoi elle lui donna le nom de Juda. Et elle cessa d’avoir des enfants » Genèse 29.35.

Juda signifie « louer », « (Dieu) soit loué ». Ce n’est qu’à partir de Juda que Léa comprit enfin que tout ce qui est bon vient de notre Père céleste. Le Seigneur nous maintient dans l’épreuve jusqu’à ce que nous comprenions ce qu’il veut nous enseigner. Car quel professeur laisserait passer son élève en classe supérieure sachant qu’il n’a pas assimilé les leçons de la classe actuelle. Bénissons le Seigneur pour tout ce qu’il fait car lui seul connaît toute chose : il connaît nos limites mais aussi  notre passé et notre futur. Il savait que Léa devait passer par la rivalité, la méchanceté et le rejet et qu’elle en sortirait victorieuse. De plus, notre Seigneur qui ne fait rien au hasard avait prévu qu’il sortirait des nations de Léa.

Léa et Rachel étaient des femmes différentes bien qu’elles aient reçu la même éducation. Rachel représente le physique, c’est-à-dire ce que les hommes voient en premier. Au contraire, Léa représente le cœur, ce qui est caché aux yeux des hommes mais qui est précieux. Ce qui importe au Seigneur, c’est que nous embellissions nos cœurs plus que notre apparence, car notre Dieu ne regarde pas aux apparences mais il regarde au cœur. Dieu ne nous approuve pas à cause de notre beauté, mais pour le cœur d’enfant que nous lui présentons tous les jours devant son trône. Jésus est celui qui relève la tête de ceux qui sont affligés ; nous le voyons avec Léa qui a été bénie au-delà de ses espérances. Nous comprenons donc que Jésus seul est l’époux parfait et le meilleur confident, car au travers de nos épreuves, il nous révèle d’autres aspects de sa personne. Ne nous inquiétons donc pas, continuons à craindre le Nom de notre Dieu il est notre REDEMPTEUR.

Juda ou la promesse éternelle

Analysons la destinée et l’appel prophétique de Juda.

« Juda, quant à toi, tes frères te loueront ; ta main sera sur la nuque de tes ennemis ; les fils de ton père se prosterneront devant toi. Juda est un jeune lion. Mon fils, tu reviens du carnage, mon fils ! Il ploie les genoux, il se couche comme un lion, comme une lionne : Qui le fera lever ? Le sceptre ne s’éloignera point de Juda, ni le bâton de législateur d’entre ses pieds, jusqu’à ce que le Schilo vienne, et que les peuples lui obéissent. Il attache à la vigne son ânon, et au cep excellent le petit de son ânesse ; il lavera son vêtement dans le vin, et son vêtement dans le sang des raisins. » Genèse 49.8-11.

À la mort de Jacob, Juda a reçu une grande bénédiction et des paroles prophétiques de la part de son père inspiré par l’Esprit de Dieu. Juda allait devenir la tribu la plus célèbre, la plus respectée et la plus honorée de tout Israël.

Première promesse : la royauté

La royauté de Juda a été confirmée à deux reprises par Jacob en ces termes : le sceptre et le bâton de commandement.

« Mais il est dit quant au Fils : Ô Dieu ! Ton trône est pour toujours et à perpétuité ! Le sceptre de ton règne est un sceptre d’équité » Hébreux 1.8.

« Et il les gouvernera avec un sceptre de fer, et elles seront brisées comme les vases d’un potier, ainsi que j’en ai moi-même reçu le pouvoir de mon Père » Apocalypse 2.27.

couronne11

 

Le sceptre est un bâton de commandement qui est un des signes du pouvoir suprême. Tous les grands rois sont des descendants de la tribu de Juda, notamment David, Salomon, Asa, Josaphat, Ezéchias, etc. Jésus est un descendant de Juda par Joseph son père (cf. généalogie de Jésus : Matthieu 1), en effet il descendait de David, c’est pour cela que l’on dit qu’il est venu en tant que roi et qu’il est mort en tant que roi.

Voici quelques passages confirmant la royauté de Jésus :

Jésus Roi depuis sa naissance
« Jésus étant né à Bethléem, ville de Juda, au temps du roi Hérode, voici des mages d’orient arrivèrent à Jérusalem, en disant : Où est le Roi des Juifs qui vient de naître ? Car nous avons vu son étoile en orient, et nous sommes venus l’adorer » Matthieu 2.1-2.

Jésus Roi pendant sa vie terrestre
« Hosanna ! Béni soit le Roi d’Israël qui vient au Nom du Seigneur ! Jésus trouva un ânon, s’assit dessus, selon ce qui est écrit : Ne crains pas, fille de Sion ; voici, ton Roi vient, assis sur le petit d’une ânesse » Jean 12.12-15.

Jésus Roi à la croix
« Ils mirent aussi au-dessus de sa tête un écriteau, où la cause de sa condamnation était marquée en ces mots : CELUI-CI EST JESUS, LE ROI DES JUIFS. » Matthieu 27.32.

Jésus Roi même après sa mort et à sa résurrection
« […] de garder ce commandement, en te conservant sans tache et irrépréhensible, jusqu’à l’apparition de notre Seigneur Jésus-Christ, qui sera manifesté en son temps, qui est le Béni et seul Prince, le Roi des rois, et le Seigneur des seigneurs, qui seul possède l’immortalité, et qui habite une lumière inaccessible, que nul homme n’a vu ni ne peut voir, à qui appartiennent l’honneur et la puissance éternelle. Amen ! » 1Timothée 6.14-16.

De plus, Juda était également la tribu qui avait reçu une grande partie de terre au temps de Josué (Josué 15). Elle avait pour capitale la ville de Jérusalem qui était la ville choisie par Dieu où l’on viendra célébrer le Nom de YEHOSHUA pendant le millénium.

Deuxième promesse : le lion

lion12

 

Juda est comparé à un jeune lion. Or, le Seigneur se présente comme le Lion de la tribu de Juda. Il faut noter que le lion est le roi des animaux, il a une portée royale de par sa puissance. Le lion de la tribu de Juda prend son origine dans cette prophétie donnée par le patriarche Jacob.
Juda est un jeune lion.
« Mon fils, tu reviens du carnage, mon fils ! Il ploie les genoux, il se couche comme un lion, comme une lionne : Qui le fera lever ? Le sceptre ne s’éloignera point de Juda, ni le bâton de législateur d’entre ses pieds, jusqu’à ce que le Schilo vienne, et que les peuples lui obéissent » Genèse 49 :9-10.

Juda est donc le descendant de la plus grande dynastie de tout Israël. Jésus homme a donc hérité de cette royauté. Juda a reçu la plus importante bénédiction parmi tous ses frères : la bénédiction éternelle.
« Et l’un des anciens me dit : Ne pleure pas, voici le Lion qui vient de la tribu de Juda, de la racine de David, a vaincu pour ouvrir le livre et pour en rompre les sept sceaux. » Apocalypse 5.5.

 

Nous sommes le choix de Dieu

Le destin de Léa est invraisemblable, n’est-ce pas ? Qui aurait cru que le Seigneur allait faire sortir de ses entrailles le Messie tant attendu ?

Nous ne savons pas ce que le Seigneur peut faire avec une personne, c’est pour cela qu’il ne faut  jamais négliger les épreuves par lesquelles nous passons. Dans les difficultés, le Seigneur nous remplit de son huile pure afin que nous dégagions une odeur de sainteté.

Léa n’a pas vu sa justification de son vivant, mais ce sont les générations futures qui ont bénéficié de la grâce, notamment avec la venue du Messie qui nous a libérés du péché qui nous accablait depuis la chute d’Adam et Ève. Voyez combien il est bon de servir le Seigneur sans intérêt et de le louer pour tous ses bienfaits. La récompense à notre souffrance n’est pas terrestre mais céleste.

Jésus-Christ est venu dans le monde en tant que roi, mais il est aussi le Grand Prêtre. À l’époque, un roi ne pouvait pas être un prêtre mais Jésus seul a cumulé ces deux fonctions. N’oublions pas que nous sommes devenus héritiers avec Jésus, nous avons donc hérité de ces mêmes fonctions.

Mon frère ma sœur, toi qui es perdu en ce moment, sache que tu es un roi et un prêtre. La souffrance, les difficultés que tu rencontres alors que tu crains Jésus, sont comme un holocauste pur aux yeux de notre Dieu. Ta vie est une offrande pure. Tout comme le Seigneur s’est donné pour nous libérer, nous aussi nous nous donnons à Lui afin que notre cœur soit purifié et prêt pour le retour imminent de notre ÉPOUX. Les combats sont caractérisés par le feu qui consume l’holocauste, et cette odeur qui monte, c’est ta vie sacrifiée qui est présentée devant le Père assis sur son trône de grâce.

Léa est une femme bénie. Elle était le choix de Dieu. Là où les hommes nous minimisent, là où tu penses que c’est fini pour toi, c’est alors que Jésus se révèle. Les élus de Dieu ne cessent de l’adorer en tout en temps car ils reconnaissent la main de Dieu dans tout ce qu’il entreprend dans leurs cœurs.

Soyez fortifiés et consolés dans Sa Présence.

Maranatha.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *